Le lynchage médiatique et juridique, la tendance du moment…

Depuis quelques semaines nous assistons à un phénomène qui donne à réfléchir. Les exemples de cette tendance sont incarnés d’une part par le cycliste Lance Armstrong et d’autre part par le trader Jérôme Kerviel. Bien que ces hommes aient commis des erreurs d’une gravité  considérable, on se demande bien comment et pourquoi ces deux hommes devraient porter à eux seuls la responsabilité de la défaillance de tout un système. Car il s’agit bien ici de lynchage médiatique et juridique : Qui oserait nous faire croire qu’un homme encadré par une supériorité hiérarchique peut perdre 5 milliards d’euros sans qu’aucun des ses référents ne soient mis au courant. Qui oserait nous faire croire qu’un sportif de haut niveau aurait décidé seul d’augmenter ses performances à l’aide  de produits illicites et dangereux ?

Prenons le cas de Jérôme Kerviel, qui vient d’être condamné à rembourser la somme de 4,9 milliards d’euros et à trois ans de prison ferme. Dans ce dossier, ce qui peut chiffonner le plus l’âme d’une personne torturé telle que moi, c’est que malgré le fait que la défense ait évoqué des échanges de mails et d’autres éléments pouvant éventuellement éclairé les propos de l’accusé, la cours a préféré passer sur ces évocations et ne pas demander d’enquête supplémentaire (par exemple l’accès aux boîtes mails des dirigeants). Au lieu de ça, on préfère retenir que M. Kerviel a fait usage de faux pour cacher les risques de ces transactions et tromper sa banque. Des sommes faramineuses ont été évoquées ; ma réflexion est la suivante : vous dirigez un groupe bancaire et n’avez aucun scrupules, une opportunité relativement risqué de générer d’énormes bénéfices se présente à vous, mais engagerait de trop votre responsabilité, ne seriez vous pas tenté d’accepter une solution peu orthodoxe pour faire passer ces transactions inaperçues ? Surtout que la SG aurait pu être alerté des risques que prenait leur trader car ce dernier avait déjà perdu 2,5 milliards d’euros quelques temps auparavant. Ces derniers ayant été largement compensés par la suite, il paraît évident que la banque fermait les yeux sur ces agissements.  Mais nous ne sommes pas trader, ni économiste, ni même dirigeant de groupe financier, et ne disposons probablement pas des connaissances suffisantes pour se permettre de porter des jugements sur le travail de la justice française. Cela ne nous empêche pas d’avoir le sentiment que Jérôme kerviel est en train d’assumer à lui seul, des sanctions que d’autres aurait pu partager avec lui. La justice française préfère nous servir la version d’un coupable idéal, capable à lui seul de tromper la vigilance d’un groupe bancaire pesant plusieurs milliards d’euros.

 

Concernant Lance Armstrong, le sportif était déjà dans le collimateur des autorités depuis longtemps. On peut certes trouver scandaleux qu’un sportif se dope pour gagner une compétition et se permette ensuite véhiculer des valeurs faisant rêvé des millions de personnes. Mais pensez-vous que cet homme fut le seul à se doper ? Pensez-vous qu’il se procurait lui-même ses produits et trouvait lui-même les solutions pour masquer tout cela lors des contrôles anti-dopage ? Ne croyez-vous pas que tout au long de sa carrière un sportif d’un tel niveau ne soit pas pousser par tout son entourage pour augmenter ses capacités face aux enjeux financiers engagés ?

C’est encore une fois tout un système qui est mis en cause et on préfère une fois de plus nous servir un coupable idéal que l’on peut salir à l’infini. Ici l’hypocrisie va encore plus loin : Comment ses sponsors, ayant engrangés des bénéfices considérables grâce à l’image de ce sportif revenant d’une terrible maladie, peuvent-ils lui demandé la restitution de plusieurs millions de dollars?

Maintenant que ces hommes ont tout perdu, on espère que ces derniers mèneront une dernière croisade, afin de mettre la lumière sur les réels responsables des failles de leur système respectif. Ne serait que pour démontrer qu’il n’est pas acceptable de vouloir faire avaler à nous, simples mortels, des pilules aussi grosses.

 

 

 

Leave a Comment.